Tél:+330176450245 Devis Gratuit !

Bypass gastrique

Le bypass gastrique ou court-circuit gastro-jujenal est l’intervention de référence pour les cas « difficiles » d’obésité et pour les cas où la gastroplastie (anneau modulable) a échoué.
Il s’agit d’une solution chirurgicale d’amaigrissement qui modifie de façon effective le circuit alimentaire et le volume de l’estomac d’où l’appellation Court-circuit gastrique.

L’estomac est réduit à une petite poche gastrique d’une capacité allant de 15 à 50 mL (comme pour la gastroplastie), limitant ainsi la quantité des prises alimentaires et la satiété est atteinte plus rapidement.

Et l’intestin grêle est sectionné à environ 50 cm de son origine puis suturé à la poche gastrique. Ainsi, la partie antérieure de l’intestin grêle (duodénum et les premières anses intestinales) est court-circuitée et les aliments arrivent directement au niveau du jéjunum.

Aussi, l’intestin grêle ne reçoit plus les aliments que sur une longueur de 1m à 1m50 et la réabsorption des aliments -surtout des graisses- s’en retrouve diminuée. Les aliments non réabsorbés sont éliminés dans les selles dont la proportion est directement augmentée.

bypass gastrique Tunisie
Bypass gastrique en chirurgie de l’obésité

Le bypass gastrique agit selon plusieurs mécanismes :

  • Un mécanisme de restriction alimentaire (commun avec la gastroplastie). Le patient ne peut pas manger au-delà de la sensation de satiété.
  • Un mécanisme de malabsorption c’est-à-dire que les aliments sont moins digérés et qu’une bonne partie sera directement éliminée dans les selles.
  • Une diminution du taux de Ghrêline, hormone de la faim, entraîne un désintérêt pour la nourriture, qui est efficace lorsque les prises alimentaires ne sont pas compulsives.
  • Un effet secondaire appelé le « dumping syndrome » est également possible. Chez certains patients, une consommation importante ou compulsive d’aliments très sucrés et lactés entraine une sensation de malaise général avec ballonnements, nausées, crampes, sueurs et accélération du pouls.
    Il lui faudra donc contrôler sa consommation de produits sucrés et lactés, les mâcher et les avaler lentement au risque de voir rapidement apparaitre les symptômes décrits ci-dessus.

Indications :

Pour toutes les personnes âgées de plus de 18 ans et de moins de 60 ans qui présentent une obésité morbide, c’est-à-dire qu’elles présentent un IMC de plus de 45 kg/m2, et qui ont été suivies pendant une année au moins par un nutritionniste ou qui ont essayé toutes sortes de régimes sans succès.

Elle concerne principalement sweet-eaters ou personnes qui consomment essentiellement des sucreries. Elle est aussi indiquée pour les personnes qui ont subi une gastroplastie qui a échoué (soit car il n’est pas toléré soit à causes de la consommation excessive de sucres rapides dont les boissons gazeuses).

La motivation psychologique est un des critères de succès de l’intervention : il faut être particulièrement motivé(e) à changer son hygiène alimentaire et ceci d’autant plus que les risques pour la santé sont importants car plus l’IMC est élevé, plus les risques pour la santé sont importants (maladies cardio-vasculaires, hypertension artérielle, diabète gras de type 2, hypercholestérolémie, apnée du sommeil, troubles respiratoires…etc.)

Avantages et inconvénients du bypass :

  • Le bypass gastrique doit être envisagé sur le long terme. La perte de poids est optimale durant les deux premières années : il faut compter une perte de 5 kg par mois durant les six premiers mois puis par la suite une perte de 2 à 4 kg par mois. En moyenne, la perte de poids obtenue est de 70% de l’excès pondéral au bout de 12 à 16 mois (selon la corpulence initiale). Elle est maintenue entre 60 et 80% après 5 ans.
  • Les pertes de poids étant très importantes, un suivi médical, psychologique et diététique régulier sera réalisé à distance par votre chirurgien traitant. Ce suivi est obligatoire et nécessaire pour s’assurer du bon déroulement de votre nouveau mode de vie.
  • Comme pour toute chirurgie de l’obésité, il faut complètement réviser son hygiène alimentaire, le suivi régulier pour veiller à une alimentation variée et adaptée est donc nécessaire et obligatoire.
  • De plus, la dénutrition et les carences vitaminiques sont fréquentes. Un bilan sanguin régulier est donc nécessaire pour évaluer les éventuelles carences (anémie,…etc.), déceler une éventuelle anorexie et vous prescrire en fonction de votre bilan les compléments vitaminés, de calcium, de fer, de folate et de Zinc qui seraient nécessaires et vous conseiller davantage.
  • Plus le court-circuit intestinal de l’intestin grêle est important et plus les selles seront abondantes avec possibilité de diarrhées selon votre alimentation.
  • Autre inconvénient : les voies biliaires et le reste de l’estomac ne sont plus accessibles à une investigation endoscopique. Seules les échographies restent possibles.
    Aujourd’hui, le bypass gastrique peut être réversible moyennant une nouvelle intervention. Le chirurgien rétablira alors le circuit alimentaire antérieur. Le patient peut décider de restituer la taille normale de son estomac ou de le conserver tel quel, au tiers de sa taille (comme pour un anneau gastrique).
  • Par rapport à la gastroplastie, il y a très peu de vomissements et de brûlures gastriques et de l’œsophage.
    L’intervention étant plus lourde qu’une gastroplastie (anneau modulable), les complications postopératoires immédiates sont plus fréquentes et plus élevées (fistules, phlébite, embolie pulmonaire, hématomes et abcès, hémorragie interne, péritonites). En effet, il y a plusieurs sutures digestives, donc le risque de fistule (lâchage partiel de la suture) est de 2 à 3%, le risque d’anastomose peut survenir dans 3% des cas et peut être guéri dans la plupart des cas par des médicaments anti-ulcéreux, il existe aussi un risque d’occlusion intestinale par bride (adhérence) ou hernie interne laquelle sera révélée par des douleurs et après avoir été confirmée par un scanner, le patient sera opéré…etc.
  • Le risque de décès est de 2 à 5‰ (2 à 5 pour 1000) contre 1‰ pour l’anneau.

Type d’anesthésie :

Anesthésie générale.

Durée de l’intervention :

Deux heures en moyenne.

Bilan pré-opératoire

  • Un examen de la fonction cardiaque, de la fonction respiratoire et un doppler (examen des veines des membres inférieurs) ainsi qu’une endoscopie et une prise de sang pour les examens biologiques usuels et parfois une échographie de l’abdomen seront réalisés afin de déterminer les différentes possibilités et la technique opératoires.
  • Une enquête alimentaire exhaustive de 3 à 5 minutes est aussi réalisée lors de votre consultation en ligne. Elle est impérative pour déterminer l’origine de l’obésité et vos habitudes alimentaires et permettre à une équipe pluridisciplinaire de déterminer la meilleure solution chirurgicale et diététique pour vous afin de vous permettre de maigrir durablement sur du long terme et de ne pas reprendre de poids, à condition bien sûr que vous respectiez les consignes diététiques qui vous seront prodiguées. Il est évident que chaque régime alimentaire sera déterminé de façon personnalisée afin de votre nutrition soit variée, équilibrée et que vous puissiez de temps à autre vous permettre des petits écarts qui contribuent à votre épanouissement alimentaire et qui vous permettront de ne pas craquer à long terme.
  • Votre nouvelle hygiène de vie sera déterminée de façon personnalisée afin de planifier un régime alimentaire qui vous est adapté et que votre nutrition soit variée, équilibrée et que vous puissiez de temps à autre vous permettre des petits écarts qui contribuent à votre épanouissement alimentaire et qui vous permettront de ne pas craquer à long terme.
  • Les examens préopératoires nécessitent un examen de la fonction cardiaque, de la fonction respiratoire et un doppler (examen des veines des membres inférieurs). Un examen biologique sanguin usuel sera aussi réalisé ainsi qu’une échographie de l’abdomen et une endoscopie de l’estomac.
  • Une téléconsultation en ligne avec notre médecin psychiatre et psychothérapeute partenaire avant l’intervention est aussi impérative car les conséquences, les difficultés possibles et les contraintes (nouvelle conduite alimentaire à tenir) liées à la chirurgie de l’obésité ne sont pas négligeables. Ici, le rôle du psychiatre-psychothérapeute sera d’évaluer les états susceptibles d’être une contre-indication à un geste agressif comme la chirurgie de l’obésité, laquelle risquerait de les amplifier. C’est le cas de certaines psychoses ou d’états limites à risque de décompensation.
  • Le médecin-anesthésiste vous précisera toutes les mesures à prendre avant votre intervention concernant la consommation de boissons, la prise de tabac, les prises de médicaments (pilule comprise) et votre alimentation.
  • Aucun médicament contenant des anticoagulants ou des anti-inflammatoires ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.
  • Vous devez impérativement être à jeun avant votre intervention (ne rien boire ni manger) et ceci dès les six heures qui précèdent.

Déroulement de l’intervention :

Sous anesthésie générale, le chirurgien procède au bypass gastrique par laparoscopie (cœlioscopie) c’est-à-dire qu’il réalise l’intervention sans ouvrir l’abdomen et ceci à l’aide d’instruments spéciaux et guidé par une vidéo-caméra miniature.

Le chirurgien va ensuite agrafer et réséquer l’estomac de sorte à délimiter une poche gastrique d’environ 40 mL. Puis, il va relier par anastomose (suture) cette poche gastrique directement à l’intestin grêle (le jéjunum) avec une anse dite en Y car elle sera elle-même raccordée au jéjunum 150 cm plus bas.

Ainsi, les aliments passent directement dans l’intestin grêle moyen ou proximal, de telle sorte que tout le reste de l’estomac ainsi que la partie supérieure du tube digestif (duodénum et les premières anses intestinales) soient court-circuités. L’importance de l’effet de malabsorption dépend de la longueur du court-circuit intestinal.

Durée d’hospitalisation :

4 à 7 jours car le bypass gastrique est une intervention chirurgicale lourde.
Avant la sortie de la clinique, seront pratiqués un examen doppler et une radiographie de contrôle de l’estomac.

Suivi et consignes postopératoires :

  • Pour éviter une infection postopératoire des antibiotiques et des antiseptiques locaux sont également prescrits de façon systématique. Ils seront administrés par voie intraveineuse.
  • Bien que la laparoscopie (cœlioscopie) permette une récupération plus rapide et des suites postopératoires plus légères qu’une intervention classique (chirurgie ouverte), il faut s’attendre à avoir un œdème et des ecchymoses principalement au niveau du ventre. Des antalgiques et des anti-inflammatoires vous seront donc prescrits de façon préventive pour atténuer les douleurs et l’œdème.
  • Le premier jour, une perfusion assurera votre nutrition. L’alimentation liquide est reprise dès le lendemain pendant cinq jours puis les aliments solides (viande, jambon, pâtes…etc.)seront réintroduits progressivement, sous une forme mixée pendant le premier mois. Ils seront ensuite réintroduits sous forme solide normalement (voir vos nouvelles habitudes alimentaires).
  • Le premier mois l’alimentation doit impérativement être liquide ou moulue: mixez ou moulinez le jambon, la viande ou le poisson…etc. de façon à obtenir une consistance semi-liquide ou tendre.
  • Vous serez pris en charge par un kinésithérapeute pour vous assurer une remise rapide sur pieds.
  • Hormis les contraintes diététiques, vous retrouverez rapidement une activité professionnelle et sportive normale.
  • Par la suite, un suivi régulier obligatoire est effectué en ligne par votre chirurgien, un endocrinologue et un diététicien.
  • Un suivi avec un psychiatre peut être conseillé afin de ne pas souffrir de conséquences psychologiques de la perte pondérale. Par exemple, le syndrome du « je ne me reconnais plus » du à la fonte graisseuse et au relâchement cutané qui apparait généralement après deux ans. Un redrapage cutané (liftings multiples au niveau des bras, des cuisses, du ventre…etc.) en fonction des besoins pourra ensuite être réalisé une fois que le poids se sera stabilisé sur une année ; il faut cependant savoir que les cicatrices post-liftings après une chirurgie de l’obésité seront relativement importantes.

Nouvelles habitudes alimentaires (après le premier mois) :

Veillez à avoir une alimentation équilibrée et variée pour éviter les déficits protéiques, vitaminiques et en Fer. Un régime alimentaire type vous sera prescrit.

Fractionnez vos repas et prenez trois repas par jour, éventuellement vous pourrez prendre deux collations. Vous devrez impérativement vous arrêtez de manger à la première sensation de satiété au risque de vomir dans le cas contraire.

Il vous faudra aussi mâcher longuement les aliments, manger lentement et par petites bouchées.

Vous ne devez pas boire pendant les repas, uniquement 30 minutes après ou entre les repas.

Le non respect des consignes alimentaires ci-dessus conduit in extremis à des vomissements et signifie soit que vous avez dépassé les (nouvelles) capacités de votre estomac, que vous avez mangé trop vite ou de trop gros morceaux ou que vous ne les avez pas mâchés suffisamment.

L’ingestion de sodas, de sucres rapides (glace, chocolat, bonbons…etc.) et les grignotages est proscrite et représente le facteur principal de l’échec d’une gastroplastie. Par ailleurs, les boissons gazeuses peuvent altérer des sutures bien faites.

Pratiquez une activité sportive régulière, de loisir ou d’endurance : par exemple une marche de 20 minutes par jour ou de 30 à 40 minutes trois fois par semaine est idéale pour une bonne santé et une perte de poids optimisée.

Arrêt de travail :

Un arrêt professionnel de deux semaines vous sera prescrit.

Interruption de l’activité sportive :

Un mois.

Exposition au soleil :

Ne pas s’exposer aux rayons du soleil avant un an, par la suite étaler de l’écran total sur les cicatrices.

Résultat :

La longueur du court-circuit intestinal est déterminée par votre spécialiste lors de la consultation.
En 12 à 18 mois, l’opération vous fera perdre au moins 60 à 80% de votre excès pondéral.
Les cicatrices sont minimes et très discrètes (les incisions réalisées pour une cœlioscopie sont extrêmement petites, de la taille du diamètre d’un stylo).

L’opération bypass gastrique est-elle réversible?

Il est aujourd’hui possible, après avoir obtenu la perte de poids souhaitée, de redonner au tube digestif le circuit alimentaire normal. Le choix est aussi laissé au patient de redonner à l’estomac sa taille normale ou de le conserver tel quel à un tiers de sa taille d’origine (comme pour un anneau gastrique).

Prix Bypass gastrique Tunisie

Bypass 6.950€ 4 nuits /5 jours

Prix bypass gastrique

Bypass 6.950€


IMC Catégorie
Moins de 16 Maigreur sévère
De 16 à 18,5 Maigreur modérée
De 18,5 à 25 Poids Normal
De 25 à 30 Surpoids
De 30 à 35 Obèse I Degré
De 35 à 40: Obèse II Degré
Plus de 40 Obèse III Degré