fbpx

5 faits et mythes sur le Botox

La toxine botulique est une préparation sûre et minutieusement testée qui est utilisée en médecine depuis plusieurs années. Bien que le Botox gagne de plus en plus en popularité, les avis sur ce traitement demeurent controversés quant à son efficacité et sa sécurité.

Qu’est-ce que le botox et comment ça marche ?

Le Botox est une préparation à base de toxine botulique. Il est appelé « l’élixir de jeunesse » car il améliore rapidement et considérablement la qualité et l’apparence de la peau.

Le Botox est injecté généralement dans les muscles responsables des expressions faciales du visage, ce qui bloque son mouvement et par conséquent le plissement de la peau. Il permet ainsi de lisser la peau du visage et d’obtenir une apparence rajeunie.

Les injections Botox sont également utilisées pour la réduction des rides et le traitement du bruxisme, des anomalies des tensions musculaires et de l’hyperhidrose.

Botox : les faits les plus importants

Le Botox ne doit être appliqué que par un médecin

Le Botox est une préparation qui doit être administrée avec précision par une personne qualifiée qui connaît exactement l’anatomie humaine. La réalisation de cette procédure par des personnes sans formation médicale est associée à un risque élevé pour la santé du patient.

Ainsi, il faut choisir un bon médecin ou se rendre à une clinique accréditée par des organismes reconnus où les injections de botox sont effectuées uniquement par des médecins qualifiés, utilisant des préparations éprouvées et certifiées.

La toxine botulique donne des résultats esthétiques rapides

Les effets rapides (visibles après 5-7 jours) sont un grand avantage du botox. Cependant, ils sont temporaires et durent généralement entre 3 à 6 mois.

Les injections de Botox peuvent également être répétées dans les mêmes zones de la peau et du corps.

Botox pour les patients de presque tous les âges

Le Botox est un traitement si sûr qu’il peut être utilisé par des patients de tous âges à partir de 18 ans. Le seul déterminant, mis à part les contre-indications pour la santé de chaque patient, étant les besoins esthétiques et le résultat final souhaités par ce dernier.

Les mythes les plus courants sur le Botox

Le Botox est dangereux

Le botox est dérivé de la toxine botulique A qui est produite par la bactérie à l’origine du botulisme. Il s’agit d’un traitement sûr, administré en quantités strictement définies qui ne menacent pas la vie et la santé du patient. Il est d’ailleurs absorbé par le corps au bout d’un certain temps.

Bien entendu, il faut que le produit soit certifié et injecté par un médecin qualifié connaissant les règles de conservation, de dosage et d’administration de la préparation.

Le Botox est un agent de comblement

Certains soutiennent que l’utilisation du Botox provoque des effets exagérés et des résultats caricaturaux, le confondant avec d’autres produits de comblement. La toxine botulique dans son action n’est en aucun cas similaire aux charges. En effet, son application entraine le relâchement et le blocage du travail des muscles dont l’activité provoque l’apparition des rides. Après le traitement au botox, les traits du visage ne change pas, il devient seulement plus frais et plus lisse.

Cependant, si le botox est injecté en fréquence ou en quantité inadéquates, il peut en résulter un visage figé avec une apparence qui n’est pas naturelle.

Peut-on porter des lunettes après la rhinoplastie ?

Pendant qu’ils récupèrent de leur rhinoplastie, les patients se demandent quand est-ce qu’ils peuvent reprendre l’exercice, dormir sur le dos et retrouver leurs activités normales. Pour bon nombre d’entre eux, le port de lunettes est indispensable. Mais est-ce possible après la chirurgie rhinoplastie ?  Et combien de temps faudra-t-il patienter avant de pouvoir le faire ?

Voici les réponses dans cet article.

Comment fonctionne la rhinoplastie ?

La rhinoplastie est une intervention chirurgicale qui corrige les problèmes esthétiques et/ou fonctionnels du nez. Il existe ainsi plusieurs types de chirurgies du nez. Le chirurgien choisit la procédure la mieux adaptée au patient en fonction des résultats souhaités par ce dernier ainsi que son anatomie nasale. Les différents types de rhinoplastie sont :

  • Rhinoplastie traditionnelle
  • Rhinoplastie fonctionnelle
  • Septoplastie
  • Rhinoplastie ethnique
  • Rhinoplastie de révision

La rhinoplastie est réalisée en ambulatoire sous anesthésie générale et peut prendre jusqu’à 3 heures. En lissant une bosse proéminente ou en modifiant la taille et la forme du nez, la rhinoplastie implique généralement la fragilisation de l’ossature du nez.

Combien de temps dure la récupération d’une opération du nez ?

Dans les premiers jours et semaines qui suivent la chirurgie, les patients peuvent s’attendre à un certain niveau d’inconfort, avec l’apparition d’ecchymoses qui peuvent s’étendre sous les yeux ainsi qu’une enflure. En général, les patients peuvent reprendre le travail et une activité modérée environ 7 à 10 jours après la rhinoplastie.

L’enflure après la rhinoplastie peut persister plusieurs semaines avant de s’atténuer, avec un gonflement résiduel subtil qui dure souvent jusqu’à 6 à 12 mois.

Pendant la récupération de la rhinoplastie, il est essentiel que les patients suivent les directives du médecin afin de minimiser le risque de complications postopératoires et guérir rapidement. Ces instructions peuvent inclure :

  • Éviter de se pencher, de lever des objets lourds et de faire de l’exercice intense
  • Ne pas se moucher
  • Dormir sur le dos avec la tête légèrement surélevée
  • Ne pas exercer de pression directe sur le nez
  • Ne pas porter de lunettes ou quoi que ce soit d’autre sur le pont nasal
  • Prendre les médicaments prescrits par le médecin
  • Assister à tous les rendez-vous de suivi postopératoire

Est-il possible de porter des lunettes après une rhinoplastie ?

Étant donné que les structures nasales seront extrêmement fragiles et délicates après une chirurgie de rhinoplastie, toute pression, force ou poids supplémentaire peuvent causer des complications et potentiellement affecter le résultat final de l’opération.

Ainsi, les lunettes peuvent exercer une pression sur les os nasaux après une rhinoplastie, ce qui entraîne des modifications de la forme de ces os et laisse des empreintes le long de l’arête du nez.

Par conséquent, pendant les deux premiers mois qui suivent la chirurgie du nez, le médecin recommande d’éviter de porter des lunettes et d’exercer toute forme de pression sur l’arête du nez.

Quand porter des lunettes après une rhinoplastie ?

Chaque patient récupère de l’opération d’une manière différente. Ainsi, le médecin définit le délai nécessaire que chaque patient doit respecter avant de pouvoir porter ses lunettes en toute sécurité.

En effet, certains patients peuvent commencer à porter des lunettes très légères dès la deuxième semaine qui suit la rhinoplastie, tandis que d’autres doivent attendre 6 à 8 semaines avant de pouvoir le faire.

Pour les patients qui sont incapables de voir correctement sans leurs lunettes, le médecin peut recommander des produits spécialement conçus pour alléger le poids des lunettes sur le nez après la chirurgie. Il peut aussi proposer des solutions alternatives au port de lunettes sur le nez, comme per exemple coller les lunettes sur le front. La technique consiste effectivement à enrouler du ruban adhésif autour de la partie centrale des verres et de placer le ruban sur le front.

Tout savoir sur le relooking de maman

La grossesse et l’accouchement peuvent laisser des séquelles permanentes sur le corps. En effet, de nombreuses jeunes mamans se retrouvent avec des seins tombants et dégonflés, une peau du ventre étirée et affaissée ou des poches de graisse indésirables. La bonne nouvelle est que tous ces problèmes peuvent être résolus en une seule procédure. Il s’agit du relooking maman qui permet de retrouver son corps d’avant grossesse.

Qu’est-ce que le relooking de maman ? Qu’est-ce qu’il implique ? Et combien coûte-t-il ?

Voici les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que le relooking de maman ?

Un relooking de maman est une suite de procédures de chirurgie esthétique qui sculptent, affinent et rajeunissent le corps. Il s’agit en effet d’une opération combinée des seins et du ventre qui est personnalisée en fonction des objectifs de chaque patiente. Les traitements les plus populaires qui peuvent être combinés pour un Mommy makeover sont :

  • Augmentation mammaire : utilise des implants mammaires ou de la graisse autologue pour restaurer le du volume perdu des seins après la grossesse, l’allaitement ou la perte de poids.
  • Lifting des seins : élimine les tissus affaissés pour remonter les seins tombants et restaurer une forme de poitrine plus jeune et plus ferme.
  • Abdominoplastie : cette chirurgie reparatrice du ventre tonifie et raffermit la section médiane en excisant la peau lâche et en resserrant les muscles abdominaux affaiblis.
  • Liposuccion : aspire les amas de graisse indésirables localisés dans différentes parties du corps telles que les hanches, les flancs, le dos et les cuisses.

Combien coûte un relooking de maman ?

Le prix d’un relooking de maman dépend de plusieurs facteurs. Mais le coût global comprend les honoraires du chirurgien, les frais de la clinique, de l’anesthésie… Ces frais varient en fonction des procédures effectuées et donc du résultat souhaité par la patiente. C’est au cours de la consultation préopératoire que la patiente reçoit un devis personnalisé qui détaille les frais de son relooking.

Le Mommy makeover est-il douloureux ?

Comme toute intervention chirurgicale, un relooking de maman implique un certain inconfort. En effet, la patiente peut sentir une douleur postopératoire et de la fatigue pendant environ une semaine après la procédure. Le médecin prescrit ainsi des antalgiques afin de calmer les douleurs.

Combien de temps dure la récupération du relooking de maman ?

La durée de la période de récupération après le relooking de maman dépend des procédures effectuées. En général, les chirurgiens recommandent de prendre au moins 2 semaines de congé pour bien se reposer. Aussi, la patiente doit porter un vêtement de compression pendant cette période pour aider à prévenir l’enflure et l’inconfort. La plupart des gonflements disparaissent au bout d’un mois et la patiente peut reprendre son activité normale à ce moment-là.

A l’ère du COVID-19, Doctolib pour faire des consultations médicales en ligne

Doctolib est une plateforme de réservation en ligne de rendez-vous médicaux. C’est également un fournisseur de logiciels de gestion des consultations pour les médecins en Europe. Il figure parmi les trois prestataires de consultations médicales en ligne les plus utilisés au monde.

Qu’est-ce que Doctolib ?

Lancé pour la première fois en 2013, basée à Paris et accessible au public en France et en Allemagne, Doctolib reçoit chaque mois 30 millions de visites en ligne de patients. Il fournit à environ 75 000 médecins un service de prise de rendez-vous en ligne qui relie les patients à 1 400 établissements de santé.

Pour les médecins, Doctolib est un service complet pour améliorer la gestion des réservations, réduire les rendez-vous manqués et apporter de nouveaux patients à votre cabinet.

Pour les patients, Doctolib est un service en ligne gratuit pour trouver un praticien à proximité et prendre rendez-vous chez le médecin ou le dentiste 24h / 24 et 7j / 7 en quelques clics.

La visibilité de Doctolib ayant augmenté au cours des cinq dernières années, son outil d’e-santé fait désormais partie de la vie quotidienne en France.

Doctolib et la télésanté boostés par le COVID

Doctolib, qui a une capitalisation boursière de plus d’un milliard de dollars, est une application et une plate-forme Web permettent aux patients de réserver et de gérer leurs rendez-vous avec des médecins généralistes ou spécialistes. Néanmoins, Doctolib ne cesse d’évoluer pour répondre aux besoins liés aux circonstances du moment. D’ailleurs, de nouvelles fonctionnalités et services de l’outil ont vu le jour.

Pendant la crise sanitaire actuelle, la téléconsultation ou la consultation médicale en ligne a été adoptée dans les hôpitaux et les centres de santé pour permettre la surveillance à distance des patients et désengorger les installations d’urgence.

Doctolib propose son service gratuitement à tous les médecins français. En effet, plus de 2,5 millions de rendez-vous en ligne ont été pris sur sa plateforme depuis le début de la crise du COVID-19. Environ 800 000 patients ont adopté des visites en ligne via Doctolib pendant cette période.

65 hôpitaux et 167 établissements de santé utilisent désormais la téléconsultation Doctolib.

Une enquête interne de Doctolib a révélé que 80% des patients et 74% des médecins généralistes souhaiteraient continuer à utiliser le service de consultation en ligne après la fin de la pandémie.

Comment Doctolib prévoit le futur du domaine de la santé numérique ?

Stanislas Niox-Chateau, co-fondateur et président de Doctolib, a déclaré : « Le besoin d’une orientation et d’un suivi précis des patients à domicile a rendu les consultations en ligne essentielles pendant l’épidémie de COVID-19. Compte tenu de l’adoption massive du service par les Français, je suis convaincu que la téléconsultation deviendra un outil important pour les praticiens et leurs patients à l’avenir. « 

« La consultation vidéo est devenue une solution simple, fiable et sécurisée pour l’accès aux soins. Elle a été largement adoptée et devient essentielle, mais ne remplacera jamais la consultation physique. Elle représentera probablement entre 15 et 20 % de l’activité des médecins, comme c’est déjà le cas en Scandinavie et dans certains pays asiatiques, où cette pratique est déjà courante ».

4 choses à savoir à propos de la graisse corporelle

4 choses à savoir à propos de la graisse corporelle
Le tissu adipeux, également connu sous le nom de graisse corporelle, est une composante majeure du corps humain. Les tissus adipeux aident à accomplir un large éventail de tâches vitales, notamment le stockage d’énergie pour les fonctions métaboliques. Toutefois, la présence excessive de graisse corporelle est souvent liée à des problèmes de santé.

La graisse est essentielle au fonctionnement du corps

Le corps humain a besoin d’un minimum de tissus adipeux pour réguler la température corporelle et les fonctions endocriniennes. De même, la graisse sous-cutanée aide à protéger les organes internes et améliore l’absorption des vitamines ingérées. Sans cette graisse corporelle essentielle, le corps serait incapable de fonctionner correctement.

La graisse en réserve n’est pas mauvaise pour la santé

Le corps humain garde toujours une réserve de lipides qui lui permet de fournir de l’énergie supplémentaire en cas de besoin. Cette graisse de réserve n’est pas nuisible à notre santé. Au contraire, c’est une source d’énergie dans laquelle l’organisme peut puiser tout au long de la journée. Le corps est génétiquement programmé pour emmagasiner la graisse. Ainsi, la graisse contenue dans les aliments que nous mangeons est décomposée et stockée dans les cellules adipeuses pour un usage ultérieur. Cela signifie que les cellules adipeuses (les adipocytes) qui ne sont pas utilisées pour la régulation de diverses fonctions corporelles vont rapidement se gorger de graisse excessive.

La graisse en excès peut entraîner des maladies graves

L’excès de graisse corporelle désigne toute graisse qui n’est pas utilisée à des fins essentielles ou de réserve. Elle est stockée à plusieurs endroits de notre corps, y compris autour des viscères et des organes internes (graisse viscérale). L’excès considérable de graisse corporelle peut entraîner de nombreux problèmes de santé tels que le diabète, les troubles cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, et même certaines formes de cancer. De même, la surcharge pondérale provoquée par l’excès graisseux est souvent liée à des troubles respiratoires et des problèmes articulaires.

Le stress favorise la production excessive de graisse corporelle

Outre la sédentarité et consommation excessive de certains aliments, la production et le stockage excessif de graisse corporelle peut être aggravé par le stress. Le stress stimule la sécrétion de cortisol, une hormone qui augmente le taux de graisse sous-cutanée dans le corps. Ce type de graisse se trouve le plus souvent autour de l’abdomen (graisse abdominale), des cuisses et des bras, ce qui fait que ces parties du corps soient souvent ciblées par la  chirurgie de liposuccion . En outre, la consommation de certains types d’aliments peut entraîner un excès de graisse corporelle. Les acides gras trans sont les graisses les plus nocives, et se trouvent notamment dans les aliments transformés et frits. C’est pourquoi la consommation répétée de repas de restauration rapide peut entraîner une prise de poids rapide.

Quels sont les signes qui indiquent une fracture du nez ?

nez-casse-photo La fracture du nez peut survenir suite à un impact violent au visage, causé par une chute, un accident, une bagarre ou la pratique d’un sport de contact. Toutefois, à la suite un traumatisme nasal, il n’est pas toujours évident de savoir si on a le nez cassé. Même une blessure légère peut faire gonfler le nez de manière significative, et ce pendant plusieurs jours. Il est alors important de savoir identifier les symptômes du nez fracturé.

Comment savoir si on a le nez cassé ?

Les signes et les symptômes associés à une fracture du nez peuvent inclure:
  • Gonflement et ecchymoses en haut du nez et autour des yeux
  • Saignements et écoulements abondants de mucus
  • Déformation de l’arête du nez
  • Douleur et difficulté à respirer
  • Crépitement ou craquement du nez au toucher
  • Déviation de la cloison nasale
  • Maux de tête
  • Nez sensible et voies nasales obstruées
La plupart des fractures nasales guérissent spontanément au bout de deux semaines. Si la blessure ne guérit pas pendant ce délai, il serait judicieux de consulter un médecin pour en évaluer la gravité. Dans ce cas, l’ORL procédera à un examen approfondi de l’extérieur et de l’intérieur du nez. Il peut également prendre des radiographies ou un scanner si des lésions faciales supplémentaires sont suspectées. Si le médecin constate que votre nez est cassé mais son ossature est toujours bien alignée, il peut simplement vous prescrire des antidouleurs et vous recommander d’appliquer de la glace sur le nez. Si l’os est déplacé, le traitement peut inclure une septoplastie  ainsi qu’une chirurgie de réalignement osseux.

Symptômes indiquant une fracture du nez plus grave

Comme indiqué plus haut, un nez cassé ne nécessite pas toujours des soins médicaux. Toutefois, si vous présentez l’un des symptômes suivants après un traumatisme nasal, vous devez immédiatement consulter un médecin :
  • Vomissements et engourdissement
  • Picotements dans les bras
  • Etourdissement et perte de conscience
  • Saignement nasal incontrôlable
  • Difficultés respiratoires même après la résorption de l’œdème
  • Écoulement clair et aqueux par les narines
  • Forte fièvre et troubles visuels
D’autres signes alarmants suggérant une fracture du nez peuvent inclure une fuite de liquide céphalorachidien ou la formation d’un caillot de sang.

Effets à long terme du nez cassé mal soigné

Sans traitement adéquat, certaines fractures du nez peuvent engendrer des complications esthétiques et fonctionnelles sur le long terme. Lorsque le traumatisme entraîne une déviation du septum nasal, le patient risque d’être plus exposé aux allergies, aux troubles du sommeil, à l’essoufflement ainsi aux qu’aux infections (sinusites, méningites…). Les autres effets à long terme qui pourraient se produire sont des infections des os du visage, des dommages aux tissus et à la structure du nez, ou encore une perforation de la cloison nasale.

4 questions à poser pendant la consultation de chirurgie esthétique ?

questions-consultation-chirurgie-esthetique En chirurgie esthétique, le déroulement et les suites de l’intervention peuvent susciter une certaine inquiétude chez les patients. D’où l’importance de poser les bonnes questions lors de votre premier rendez-vous avec le chirurgien. A l’issue de la consultation, vous devez savoir exactement à quoi vous attendre dans les jours à venir. D’ailleurs, les patients qui posent beaucoup de questions ont tendance à être les plus satisfaits de l’intervention. Il existe des dizaines de renseignements que vous pouvez demander au chirurgien esthétique, mais voici quelques idées pour vous aider à animer la consultation préopératoire.

Combien de fois le chirurgien a-t-il pratiqué ce type d’intervention esthétique ?

Il ne faut jamais se faire opérer par chirurgien plastique débutant. L’ensemble de l’équipe médicale doit avoir les compétences et l’expérience nécessaires pour chaque type de chirurgie esthétique et réparatrice. Dans l’idéal, choisissez un praticien chevronné, qui a lui-même formé d’autres médecins aux techniques opératoires qu’il utilise. Demandez-lui combien de fois il a pratiqué ce type d’interventions, et insistez pour qu’il vous montre des photos avant-après de ses anciens patients.

Combien coute l’intervention de chirurgie esthétique ?

Pour la plupart des patients de chirurgie esthétique, il est important de respecter un budget précis. Il est donc indispensable de connaître à l’avance le coût total de l’intervention, ainsi que le nombre de séances éventuelles. Par exemple, le lipofilling des seins peut nécessiter 2 voire 3 séances pour une augmentation mammaire harmonieuse. Cependant, la quête des petits prix peut parfois s’avérer risquée lorsqu’il s’agit de chirurgie esthétique. Lésiner sur les traitements peut se traduire par un résultat insatisfaisant, alors n’oubliez pas de valoriser avant tout l’expérience et l’expertise d’un médecin. Un tel dilemme ne se posera pas si vous optez pour la chirurgie esthétique Tunisie tout compris, car vous serez pris en charge par un chirurgien expérimenté pour un prix pas cher.

Comment se déroulera ma convalescence ?

Si vous allez à la clinique esthétique pour une intervention, vous devez savoir à quoi vous ressemblerez et comment vous vous sentirez à votre sortie. La zone opérée sera-t-elle enflée, rouge ou meurtrie ? Au bout de combien de temps serez-vous capable de retourner au travail, de vous occuper des enfants, de faire du sport ? De nombreuses opérations de chirurgie esthétique impliquent une certaine douleur. Demandez au chirurgien de situer approximativement la douleur postopératoire, sur une échelle de 1 à 10. Demandez aussi combien de temps elle durera, et quelles mesures prendre pour réduire la douleur pendant et après l’intervention ?   De même, renseignez-vous sur les meilleurs et les pires scénarios de rétablissement, notamment les complications éventuelles. Votre période de convalescence est d’autant plus importante que si vous avez prévu un évènement pour lequel vous voulez être au meilleur de votre forme. En outre, vous devez savoir repérer les signes d’une mauvaise guérison afin que le personnel soignant puisse intervenir rapidement.

Combien de temps dure le résultat de l’intervention ?

Si vous optez pour une abdominoplastie ou une liposuccion, le résultat durera aussi longtemps que vous respectez les consignes du médecin. Le lifting visage et la correction de ptose mammaire ont des effets durables, mais ne pourront pas arrêter l’affaissement de la peau dû à l’âge. Demandez au chirurgien combien de temps durera le résultat de l’intervention. Renseignez-vous également sur la manière d’entretenir ce résultat le plus longtemps possible.  

5 choses à savoir avant de faire une chirurgie esthétique d’augmentation mammaire

avant-augmentation-mammaire L’augmentation mammaire est une intervention qui fait rêver beaucoup de femmes. Lorsqu’elle est effectuée dans les règles de l’art, la chirurgie d’augmentation de la poitrine donne des résultats satisfaisants et durables. Toutefois, il faut s’attendre à une convalescence de plusieurs semaines, avec la part d’imprévus et de risques inhérents à chaque opération chirurgicale. Voici 5 choses à savoir avant d’effectuer une augmentation mammaire.

L’implant mammaire est durable mais pas éternel

Ne surestimez pas la longévité et la durabilité des prothèses mammaires. Même si votre augmentation mammaire est réussie, préparez-vous à l’éventualité de repasser sur la table chirurgicale à un moment donné dans le futur. Bien que les implants modernes durent beaucoup plus longtemps que ceux des générations précédentes, leur risque de rupture est de 2% et augmente au fil des années. La formation de coque contractile est également une complication à prendre en considération, puisqu’elle peut nécessiter le remplacement de l’implant. D’ailleurs, le chirurgien vous demandera de repasser pour une visite de suivi annuelle, et de faire une IRM tous les deux ans pour vérifier l’état de vos implants.

Il faudra plusieurs semaines avant de reprendre votre vie quotidienne

En général, la récupération après l’augmentation mammaire est très rapide. Toutefois, vous devez vous préparer à certaines restrictions, telles que des limitations de mouvement et d’effort pendant les premiers jours suivant l’intervention. Après une augmentation mammaire, il est nécessaire que votre rythme cardiaque ne s’emballe pas pendant les deux premières semaines. En effet, l’augmentation du flux sanguin favorise les saignements postopératoires. De même, au cours des premiers jours, les mouvements qui impliquent d’écarter les bras peuvent être douloureux, et provoquer un déplacement des prothèses mammaires dans leur loge d’implantation. Après deux semaines, vous pouvez commencer à faire du cardio léger (course à pied ou vélo à petite allure). Au bout de 4 semaines, il sera possible de reprendre progressivement les exercices de musculation et de renforcement musculaire. En outre, attendez au moins 6 semaines avant de reprendre les exercices de musculation ciblant la poitrine.

Le résultat de l’augmentation des seins ne sera pas visible immédiatement

Pendant les deux premières semaines suivant la chirurgie pour grossir les seins, les femmes peuvent avoir l’impression que leurs implants mammaires sont placés très haut dans la poitrine. Cette sensation est tout à fait normale, car il faut environ 6 à 8 semaines pour que la partie inférieure du sein se remplisse et que le mamelon retrouve une position et une projection naturelle. C’est pourquoi la poitrine reste dure, tendue qu’elle semble trop ronde pendant plusieurs semaines.

La chirurgie d’augmentation mammaire peut modifier la sensibilité des mamelons

Il est très courant d’éprouver une perte de sensation au niveau des mamelons après une augmentation mammaire par implants. Il est également tout à fait normal que vos mamelons soient plus sensibles après votre intervention. Apres la mise en place d’implants mammaires, les nerfs entourant le mamelon sont tendus autour de l’implant, ce qui peut provoquer des troubles de la sensation. Ces troubles sont plus fréquents lorsque la prothèse est insérée sur le muscle, mais finissent par disparaître au bout de quelques semaines.

Vous devrez laisser de coté vos soutien-gorge habituels

Sachez que vous ne devez pas porter de soutien-gorge rembourré ou à armatures pendant les 6 premières semaines suivant votre chirurgie d’augmentation mammaire. Ce type de sous-vêtements peut entraîner une mauvaise cicatrisation des seins et augmenter les risques d’infection. En outre, comme la chirurgie mammaire aura modifié votre taille de bonnet, votre lingerie ne servira plus à grand-chose.  

Pourquoi ne doit-on jamais arrêter le sport après une liposuccion abdominale ?

sport-apres-liposuccion La reprise du sport après la liposuccion est l’une des recommandations sur lesquelles insistent les spécialistes de chirurgie esthétique. Les patients peuvent s’inquiéter d’un éventuel retour de graisse après une liposuccion, et de la manière dont ceci affectera leur silhouette.  Mais parfois, ces motivations esthétiques devraient être le cadet de leur soucis, en particulier s’ils renoncent au sport après liposuccion. Chez certaines personnes, la liposuccion abdominale peut être à l’ origine une augmentation de la graisse viscérale. Via un mécanisme de compensation, l’organisme accélère le stockage de la graisse autour des organes internes en cas de faible dépense énergétique. La pratique d’activités sportives après la liposculpture permet d’arrêter ce processus délétère.

Augmentation de la graisse viscérale en cas d’inactivité après liposuccion abdominale

Certains patients sont tellement ravis du résultat après une liposuccion ventre qu’ils négligent de reprendre le sport. Ce niveau d’activité plus faible signifie que le stockage de graisse va inévitablement augmenter, et pas toujours dans des zones corporelles visibles. Dans une étude menée par des universitaires américains, les chercheurs ont observé les changements métaboliques chez des patients ayant subi une liposuccion ventre.  Les patients ont été répartis en deux groupes, en fonction de leur hygiène de vie après la lipoaspiration. Alors que ceux qui ont repris le sport ont gardé les mêmes taux de graisse profonde, le groupe des patients inactifs a connu une augmentation de 10 % de leur graisse viscérale. Or, la graisse viscérale constitue un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires. Il est alors indispensable de la réduire au maximum.

La liposuccion ventre n’est pas une intervention pour perdre du poids

Beaucoup de patients pensent, à tort, que la liposuccion ventre est une technique de perte de poids. La lipoaspiration est avant tout un moyen de sculpter et d’affiner la silhouette. Bien qu’elle puisse faire partie d’un programme d’amaigrissement complet, la liposuccion n’est jamais un bon recours pour les personnes obèses. Elle s’adresse en effet aux patients en bonne santé, qui suivent un régime alimentaire équilibré et font du sport, mais qui gardent malgré tout des poches de graisse tenaces et indésirables. Afin de préserver sa santé et son bien être, le patient doit prendre en considération :
  • La façon dont son corps gère l’élimination de la graisse par liposuccion
  • La manière dont son corps stocke les nouveaux apports caloriques
C’est pour cela que le sport devrait figurer en tête de liste ses mesures indispensables visant à maintenir le résultat de la liposuccion.

6 vitamines pour tomber enceinte : Comment tomber enceinte rapidement ?

vitamines-pour-tomber-enceinte Une alimentation saine, équilibrée et riche en vitamines permet non seulement de préparer le corps d’une femme à concevoir, mais également d’augmenter ses chances de tomber enceinte. En effet, il a été prouvé que certains nutriments, avec les vitamines qu’ils contiennent, améliorent la fonction ovulatoire de la femme. Ainsi, pour les femmes essayant de tomber enceintes naturellement (sans avoir recours aux technologies de procréation assistée ), il est important d’adopter un régime alimentaire riche en vitamines qui boostent la fertilité.

Vitamine pour tomber enceinte rapidement

Une femme qui souhaite avoir un bébé doit stimuler son corps avec les vitamines et les minéraux qui boostent la fertilité. Parmi ces vitamines on trouve :

Acide folique

C’est la forme synthétique du folate, qui est en fait une vitamine du groupe B connue sous le nom de B9. L’acide folique est essentiel pour les femmes qui souhaitent avoir un bébé. En effet, la vitamine B9 aide le tube neural du bébé à se fermer correctement. Cela se produit dès deux ou trois semaines après la conception. L’acide folique se trouve dans les :
  • Haricots
  • Jus d’orange
  • Légumes verts à feuilles
  • Céréales enrichies

Vitamine B6

La vitamine B6 augmente la durée de la phase lutéale du cycle menstruel, phase au cours de laquelle l’utérus est très réceptif à la fécondation et à l’implantation de l’ovule et de l’embryon. Cette vitamine assure également la régularité des cycles, ce qui permet de mieux localiser la date d’ovulation. La vitamine B6 se trouve dans les :
  • Bananes
  • Thon et saumon
  • Brocoli
  • Asperges, épinards et ail
  • Chou, chou-fleur et choux de Bruxelles
  • Dinde

Vitamine B12

La vitamine B12 assure l’équilibre et la qualité des hormones de la reproduction. Elle épaissit la muqueuse utérine et favorise l’ovulation. La vitamine B12 se trouve dans les :
  • Huîtres
  • Bœuf
  • Agneau
  • Fromage
  • Œufs
  • Poisson et œufs de poisson

Vitamine D

La vitamine D est une vitamine liposoluble qui est fondamentale pour une production adéquate d’hormones sexuelles. Elle possède également des effets anti-inflammatoires permettant aux cellules immunitaires de l’utérus de fonctionner efficacement et de protéger l’utérus contre les infections. De plus, la vitamine D améliore la durée de vie des spermatozoïdes et par conséquent, la fertilité. Outre sa principale source qui est la lumière du soleil, la vitamine D se trouve dans les :
  • Produits laitiers enrichis
  • Poissons gras comme le saumon
  • Le maquereau et le thon
  • L’huile de foie de morue

Vitamine C

Cette vitamine renforce l’immunité et favorise l’absorption du fer et la production de progestérone. Ainsi, pour les femmes qui ont un défaut de la phase lutéale, problème caractérisé par une progestérone insuffisante, la vitamine C permet d’améliorer la fertilité. Aussi, la vitamine C booste la fertilité masculine en permettant de produire un sperme de meilleure qualité. La vitamine C se trouve dans les :
  • Agrumes
  • Mangues
  • Fraises et cerises
  • Tomates, pois et pommes de terre

Vitamine E

Cette vitamine antioxydante protège, répare et régénère les cellules endommagées. Elle est ainsi indispensable pour les ovaires et permet d’améliorer la fertilité. La vitamine E se trouve dans les :
  • Huiles de germe de blé, de tournesol, d’avocat, de noisette, de colza et de foie de morue
  • Graines de tournesol
  • Anguille cuite
  • Sardines en conserve
  • Œufs

6 conseils pour ralentir le vieillissement cutané : Comment ne plus avoir de rides sur le front ?

eliminer-rides-frontales-naturellement L’apparition de rides sur le front dépend de la façon dont vous prenez soin de votre peau. Le développement de ces rides peut être dû au stress, à un régime alimentaire déséquilibré ou à des mauvaises d’habitudes telles que la consommation d’alcool et le tabagisme. Ainsi, si vous souhaitez garder votre visage jeune le plus longtemps possible, vous devez améliorer votre hygiène de vie et changer certaines habitudes afin de prévenir le vieillissement de la peau naturellement.

Comment se débarrasser des rides du front naturellement ?

Comme votre style de vie a un impact important sur la santé de votre peau et le développement des rides, voici quelques conseils qui vous permettront de garder votre peau saine et lisse.

Eviter l’exposition excessive au soleil

L’exposition à long terme aux rayons ultraviolets du soleil contribue au vieillissement prématuré et au développement des rides. Par conséquent, l’utilisation quotidienne d’un écran solaire ralentit le vieillissement cutané et réduit le risque de taches brunes et de rides.

Faire attention à vos expressions faciales

Vos expressions faciales peuvent également jouer un rôle important dans les rides du front. En effet, chaque fois que vous utilisez un muscle facial, une rainure se forme sous la surface de votre peau. Ces rainures deviennent alors des traits permanents sur votre front. Par conséquent, la peau perd sa souplesse à mesure qu’elle vieillit. Des études ont révélé que le fait d’élever vos sourcils en regardant vers le haut pouvait entraîner une augmentation des rides du front. Même si vous ne devez pas totalement renoncer à être expressif dans votre vie de tous les jours, gardez à l’esprit que les expressions faciales répétées peuvent jouer un rôle dans la formation de rides.

Gérer le stress

S’inquiéter conduit à froncer les sourcils, ce qui entraîne des rides au front. Il est difficile de se débarrasser de tout stress, mais il est important de le garder sous contrôle. Pour aider à gérer le stress, essayez de pratiquer du yoga et de faire du sport.

Rester hydraté

La peau sèche rend les rides plus visibles. Alors qu’une peau bien hydratée aide à diminuer l’apparence des rides du front. Il est alors très important de bien s’hydrater. Pour cela, buvez au moins 1 litre et demi de liquide chaque jour. Si vous passez du temps au soleil, vous devez boire plus.

Manger équilibré

En ce qui concerne les rides, le dicton « vous êtes ce que vous mangez » est vrai. L’alimentation joue un rôle important dans le vieillissement cutané. Les chercheurs ont découvert que des apports plus élevés en vitamine C et en acide linolénique (un acide gras oméga-3) réduisaient le risque de sécheresse cutanée chez les femmes et par conséquent, le risque d’apparition des rides. Cependant, une alimentation riche en graisses et en glucides augmentait le risque de rides et d’atrophie cutanée.

Arrêter de fumer

Le tabagisme est la principale cause du vieillissement prématuré et des rides. Les produits chimiques contenus dans la fumée de tabac réduisent la production de collagène et endommagent l’élasticité de la peau, ce qui entraîne un vieillissement prématuré et l’apparition des rides.

Est-il possible d’allaiter avec des implants mammaires ?

allaiter-avec-protheses-mammaires Si vous envisagez une augmentation mammaire et que vous prévoyez d’avoir des enfants, il est important de comprendre comment la pose d’implants mammaires peut affecter votre capacité à allaiter et quelles mesures il faut prendre pour minimiser cet impact. En effet, certains facteurs impliqués dans la chirurgie d’augmentation mammaire par implants peuvent potentiellement affecter les glandes mammaires sécrétrices de lait. Ceux-ci incluent :
  • Lieu d’incision
  • Pose d’implant
  • Forme des seins

Lieu d’incision : incisions proches des glandes mammaires

L’emplacement de l’incision est généralement le facteur le plus important qui peut affecter l’allaitement. Si l’incision est pratiquée autour de l’aréole, il y a plus de chances de rencontrer des problèmes d’allaitement. En effet, les incisions de l’aréole sont assez proches des glandes mammaires. Les chirurgiens optent généralement pour les incisions sous le sein, car celles-ci peuvent être bien camouflées et ne touchent pas les glandes mammaires.

Pose des implants mammaires

La mise en place des implants mammaires peut avoir un impact important sur la production de lait. Les femmes qui prévoient d’allaiter à l’avenir peuvent bénéficier de la pose d’implants sous les muscles de la poitrine (pose d’implants mammaires sous-musculaires). L’alternative, au-dessus des muscles thoraciques (pose d’implant mammaire sous-glandulaire), est plus susceptible de comprimer les canaux lactifères et de réduire l’approvisionnement en lait.

Forme des seins : où placer l’implant dans le cas de seins sous-développés

La forme des seins peut être un obstacle à la production de lait. En effet, les femmes avec des seins sous-développés, des seins asymétriques ou des seins très espacés peuvent avoir une production de lait réduite. Les implants mammaires placés au-dessus des muscles de la poitrine peuvent aggraver ce problème et rendre l’allaitement beaucoup plus difficile. Pour éviter cette complication potentielle, le placement sous-musculaire est préférable. Il convient de noter que les femmes avec des seins sous-développés ne sont généralement pas de bonnes candidates pour la pose d’implants mammaires sous-glandulaires en aucune circonstance. Car en effet, la pose d’implant sous-glandulaire nécessite suffisamment de tissu mammaire pour recouvrir l’implant. Un tissu mammaire insuffisant rendra l’implant visible et augmentera les risques d’imperfections esthétiques telles que les rides.  

Qu’arrive-t-il au corps d’une fille après avoir perdu sa virginité ?

changement-apres-perte-virginite Le sexe peut provoquer un certain nombre de changements principalement temporaires dans le corps d’une femme. Il s’agit d’une réponse physiologique à la stimulation qui peut survenir lors d’un rapport sexuel. Les hormones qui traversent son corps peuvent parfois provoquer de fortes émotions par la suite. De plus, elle peut ressentir une sensibilité accrue des mamelons, une pression artérielle, un pouls et une lubrification vaginale. Aussi, son vagin va probablement se dilater ou s’allonger temporairement. Voici ce qui arrive au corps d’une femme lorsqu’elle perd sa virginité :
  • Flexibilité du vagin
Après un rapport sexuel, les parois vaginales se dilatent. En effet, les rapports sexuels répétés élargissent le clitoris rendant l’ensemble du vagin plus flexible.
  • Retard dans les règles
La perte de virginité pourrait perturber le cycle menstruel d’une femme. En effet, des troubles hormonaux pourraient retarder les menstruations de quelques jours. Cependant, si les règles tardent plus d’une semaine, cela pourrait indiquer le début d’une grossesse.
  • Changement des seins
Après un rapport sexuel, les seins deviennent plus fermes et plus gros. La taille de la poitrine peut atteindre jusqu’à 25% ou plus selon les niveaux d’excitation.
  • Sensibilité des mamelons
Après une relation sexuelle, les mamelons ont tendance à devenir douloureux, ce qui augmente leur sensibilité. Le flux sanguin autour des mamelons ainsi que la tension musculaire augmentent, ce qui les rend plus tendres que d’habitude.
  • Difficultés émotionnelles
Après avoir perdu sa virginité, une femme peut avoir des explosions émotionnelles, à la fois heureuses et tristes. Cela est dû à des changements hormonaux et peut lui faire ressentir des émotions extrêmes.
  • Brillance de la peau
L’hormone libérée dans le corps après un premier rapport sexuel a un impact direct sur la peau. Habituellement, une femme a une peau éclatante après avoir eu des relations sexuelles répétées et parait d’humeur joyeuse. En effet, l’activité sexuelle détend le corps et le rend plus sain.

Comment savoir si on a un septum dévié ?

septum-devie-comment-savoir Environ 75% des gens n’ont pas un septum parfaitement droit. Que ce soit en raison d’un traumatisme ou d’un défaut congénital, le septum ne se développe pas toujours de manière complètement droite. Il peut croître dans une direction déviée ou parfois se pencher d’un côté puis de l’autre.

Quel est le symptôme le plus courant d’un septum dévié ?

Certaines personnes présentent des écarts graves visibles, souvent à la suite d’un traumatisme. D’autres ont le bout du nez qui pointe vers la gauche ou la droite. Si cet écart est suffisamment important, il peut provoquer une obstruction nasale d’un côté du nez ou même des deux narines. En effet, la majorité des patients qui effectuent une chirurgie réparatrice pour corriger la déviation de la cloison nasale se plaignent de difficultés à respirer d’un côté du nez, ou parfois des deux côtés. Bien que de multiples problèmes nasaux peuvent provoquer une obstruction nasale, le septum dévié reste l’un des plus courants. Ainsi, la gêne respiratoire présente un symptôme de la déviation de la cloison nasale.

Comment diagnostiquer une déviation de la cloison nasale ?

Au cours d’un diagnostic pour déterminer les causes de l’obstruction nasale, le médecin pose des questions fréquentes au patient relatives aux symptômes qu’il présente, par exemple :
  • Est-ce que l’obstruction nasale dure toute la journée ?
  • Est-ce que le nez se bouche uniquement la nuit ?
  • Est-ce que le nez est bouché du côté gauche ou du côté droit ?
En effet, ces questions sont très efficaces pour que le chirurgien puisse déterminer la cause du blocage avant même d’ausculter le patient. Quand les symptômes de déviation du septum apparaissent, le médecin oriente le patient vers un chirurgien ORL. Ce dernier pratique une nasofibroscopie qui consiste à introduire une caméra dans l’une des narines du patient. Cette endoscopie nasale est sans risques et se pratique sous anesthésie locale. Après avoir examiné le nez avec la caméra, le chirurgien peut savoir si le septum est dévié.

Injections de BOTOX pour le traitement des rides d’expression du visage

injection-botox
injection botox
La toxine botulique est une substance qui diminue la contraction des muscles en provoquant une paralysie temporaire des fibres musculaires. Utilisée depuis près de trente ans pour corriger des spasmes musculaires responsables de tics du visage, de clignements incontrôlés des yeux et de certains torticolis, on l’emploie depuis quelques années, à des fins esthétiques.

Où injecter le botox et les produits de comblement ?

La toxine botulique permet d’atténuer les rides d’expression liées à la contraction de certains muscles de la face. Elle donne d’excellents résultats au niveau des :
  • rides du front
  • rides inter-sourcilières (rides du lion)
  • la patte d’oie
Par contre, elle ne doit pas être utilisée dans les parties inférieures du visage :
  • joues
  • contour de la bouche
  • lèvres
A ces endroits du visage, l’effet de paralysie de la musculature va entraîner des modifications disgracieuses de l’expression particulièrement au niveau de la bouche lors du sourire et de la parole.

Comment injecter la toxine botulique ?

Les injections sont pratiquées au cabinet du chirurgien ou en clinique, elles ne demandent aucune préparation particulière. Elles consistent à injecter, à l’aide d’une aiguille très fine, une dose précise de toxine botulique dans les muscles que l’on veut affaiblir (inter-sourciller, frontal ou patte d’oie). L’intervention n’est pas douloureuse et ne dure que quelques minutes.  Le patient peut reprendre une activité normale immédiatement. Les suites ne sont pas douloureuses non plus. Le patient peut avoir, tout au plus, un léger gonflement de quelques dizaines de minutes aux points d’injection.

Quand voit-on les effets du Botox ? Les résultats sont-ils durables ?

Les résultats ne sont pas immédiats. Ils ne sont visibles qu’au bout de quelques jours et atteignent leurs maximums vers le quinzième jour. Ces résultats se maintiennent en moyenne 3 à 6 mois, au terme desquels le traitement pourra être renouvelé. Au fur et à mesure des injections l’effet est de plus en plus durable. Ainsi, une injection une à deux fois par an est par la ensuite suffisante. La toxine botulique est d’autant plus efficace que le lifting frontal, qui agit principalement par affaiblissement des contractions musculaires.

Quels sont les risques et complications des injections ?

Les complications liées aux injections que l’on peut observer sont presque toujours dues à une mauvaise technique d’injection : mauvais points d’injection ou dose trop importante qui diffuse à d’autres muscles. Ces complications peuvent être :
  • Affaissement de la paupière supérieure
  • Affaissement du sourcil
  • Gêne au sourire
  • Gêne à la déglutition
Pour cela, l’utilisation des produits de comblement est réglementée. Seuls les chirurgiens plasticiens et les dermatologues ont le droit de les utiliser. Malheureusement ils sont encore trop souvent utilisés par des personnes non qualifiées qui se les procurent dans des pays étrangers où sa vente n’est pas réglementée.

Tout savoir sur le syndrome du canal carpien

Tout savoir sur le syndrome du canal carpien
Le syndrome du canal carpien est l’ensemble des manifestations cliniques en rapport avec la compression du nerf médian au poignet. Il a été décrit pour la première fois en 1913 par Pierre MARIE et FOIX. C’est le plus fréquent des syndromes canalaires de compression nerveuse.

Anatomie du canal carpien

Le canal carpien est un canal ostéo-fibreux situé à la face antérieure du poignet. Il est constitué en arrière par une gouttière osseuse formée par les os du carpe et il est fermé en avant par le ligament annulaire antérieur du carpe. Le canal carpien contient les tendons fléchisseurs des doigts et le nerf médian.

Comment savoir si le canal carpien est bouché ?

Le syndrome du canal carpien idiopathique est détecté de plusieurs manières :

Les signes cliniques

Le syndrome du canal carpien survient typiquement chez les femmes en période pré-ménopausique. Il est beaucoup plus rare chez les hommes.

Les signes fonctionnels

Il s’agit le plus souvent de paresthésies dans le territoire du nerf médian (acroparesthésies), survenant la nuit et empêchant le sommeil. Elles sont décrites par le malade comme des fourmillements ou comme des sensations de décharges électriques. L’irradiation peut se faire jusqu’au niveau du coude ou du bras. A un stade plus avancé, les paresthésies peuvent se manifester également la journée, voire devenir permanentes. Il peut également s’y associer des sensations d’hypo esthésies des doigts avec une maladresse et une tendance à laisser échapper les objets.

Signes physiques

  • Des troubles de la sensibilité et les troubles moteurs qui ne se voient que dans les formes évoluées. On constate alors une hypoesthésie de la pulpe de l’index ou du majeur, une diminution de la sensibilité aux vibrations et une parésie de l’éminence thénar.
  • Le test de Phallen qui consiste à maintenir le poignet en flexion forcée pendant trente secondes. Il est positif lorsqu’il entraîne l’apparition de paresthésies dans le territoire du nerf médian.
  • Le signe de Tinel qui consiste à percuter la face antérieure du poignet avec un marteau à réflexes. Il est positif quand il entraîne la sensation de décharges électriques dans le territoire du nerf médian.

Les examens paracliniques

La radiographie du poignet

Elle n’est pas systématique car le plus souvent normale.

L’électromyogramme

Il est systématique quand se pose la question d’un traitement chirurgical. Il permet d’affirmer le diagnostic et d’éliminer une lésion nerveuse située à un autre niveau.
  • La vitesse de conduction nerveuse motrice au niveau du canal carpien est la première perturbée. Lorsqu’elle est inférieure à 25 mètres/seconde, le diagnostic est certain.
  • La latence distale motrice est allongée (N inférieure à 5 ms).
  • La vitesse de conduction nerveuse sensitive est allongée.
  • La latence sensitive distale est allongée (N inférieure à 4 ms).
  • Dans les formes évoluées, l’électromyogramme met en évidence des signes d’atteinte neurogène (fibrillations) dans les muscles thénariens externes.

Les formes étiologiques du syndrome du canal carpien

Forme idiopathique

C’est celle que nous avons pris pour type de description. Il s’agit de la forme la plus fréquente. L’étiologie réside peut-être dans des troubles locaux de la vascularisation et en particulier du retour veineux.

Les causes traumatiques

Le syndrome du canal carpien peut se déclencher suite à un traumatisme du poignet : fracture du radius, luxation du carpe. Il est alors souvent réversible.

Anomalies anatomiques

Parfois, le canal carpien est secondaire à une anomalie musculaire : muscle surnuméraire ou corps musculaire d’un fléchisseur s’engageant dans le canal carpien.

Causes rhumatismales

La polyarthrite peut être responsable d’un syndrome du canal carpien par l’intermédiaire d’une synovite des fléchisseurs.

Cause tumorale

Exceptionnellement, il pourra s’agir d’une tumeur du nerf médian (neurofibrome).

Canal carpien et grossesse

Un syndrome du canal carpien peut apparaître pendant la grossesse. Il est vraisemblablement lié à l’imprégnation hormonale des tissus. Le traitement en est habituellement médical et il régresse le plus souvent au moment de la délivrance.

Canal carpien et maladies endocriniennes

Le syndrome du canal carpien peut survenir au cours de l’acromégalie, du myxoedème, le d’hyperparathyroïdie et du diabète. Son traitement repose alors sur le traitement de l’endocrinopathie.

Quel traitement pour le canal carpien ?

Le traitement médical

Il repose sur le port d’une attelle de repos nocturne associé à une infiltration de corticoïde retard dans le canal carpien. Cette infiltration ne sera pas renouvelée plus de trois fois. Lorsque le canal carpien est secondaire à une cause générale, celle-ci doit être bien sûr traitée.

Le traitement chirurgical

En chirurgie orthopédique, le traitement du canal carpien repose sur la section, à ciel ouvert ou plus volontiers sous contrôle endoscopique, du ligament annulaire antérieur du carpe. L’anesthésie est loco-régionale.

La chirurgie valvulaire en Tunisie

La chirurgie valvulaire en Tunisie
Le cœur possède des valves à 4 niveaux. Ces valves sont à l’origine d’incontinence et/ou de sténose qui ont des conséquences sur le bon fonctionnement du cœur. Les interventions de la chirurgie valvulaire en Tunisie consistent à réparer ou à remplacer ces valves à l’aide de prothèses.

Causes de détérioration des valves

  • L’accumulation de calcium
  • Rhumatisme articulaire aigu (RAA)
  • Malformation congénitale
  • Endocardite (infections)
valves Cardiaques
État des valves cardiaques

Type de valves de remplacement

L’intervention de chirurgie cardiaque pour remplacer les valves usées est réalisé sous circulation extra-corporelle et nécessite souvent la mise en place de prothèses qui peuvent être de 2 sortes :
  • mécanique : en pyrolite de carbone, elles obligent la prise d’un traitement anticoagulant mais sont inusables.
  • biologique : d’origine bovine ou porcine, ces bio-prothèses ne nécessitent aucun traitement anticoagulant mais ont une durée de vie limitée (15 à 20 ans).

Prix chirurgie valvulaire

Pour savoir les prix en dinars ou en euro, demander un devis gratuit.

Arthrose du genou : tout savoir sur la gonarthrose

Arthrose du genou : tout savoir sur la gonarthrose
L’articulation du genou comporte, comme toutes les articulations du corps, une surface cartilagineuse. Une usure progressive de ce cartilage conduit à l’arthrose. Lorsque l’usure du cartilage atteint la surface osseuse et le contact articulaire se fait os contre os « en miroir », la douleur peut être sévère et l’impotence fonctionnelle maximale. Qu’est ce qui cause l’arthrose du genou ? Quels-sont ses symptômes et comment la traiter ?

Quelles sont les causes de l’arthrose ?

Les causes de la gonarthrose (arthrose du genou) sont nombreuses :
  • L’excès du poids
  • Le vieillissement
  • Une anomalie d’axe des deux membres inférieurs (genu varum ou genu valgum) qui peut conduire à une usure du cartilage
  • Des maladies inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde, chondrocalcinose, hémophilie…)
  • Des maladies de l’os au niveau des condyles fémoraux (ostéonecrose)
  • Les séquelles des fractures autour du genou
  • La rupture du ligament croisé antérieur ou des ménisques

Comment savoir si l’on a de l’arthrose ?

  • La douleur au niveau du genou est le premier symptôme de l’arthrose : Elle peut être invalidante, progressive et accentuée par l’activité (marche, montée et descente des escaliers). C’est la douleur, en général, qui conduit le patient à consulter un médecin.
  • Le genou enflé ou gonflé est le deuxième symptôme : C’est la membrane du genou (membrane synoviale) qui réagit à la présence des débris cartilagineux en produisant un liquide visqueux et jaunâtre. Dès que l’épanchement synovial est important, l’hyperpression créée accentue les douleurs qui peuvent être ressenties par le patient dans la partie postérieure du genou.
  • Dans les gonarthroses évoluées, la déformation du membre inférieur est le troisième symptôme : C’est l’usure du cartilage qui déforme le genou en varus ou en valgus. Ces symptômes vont progressivement empêcher le patient de marcher normalement et l’utilisation des cannes peut s’avérer indispensable.
Arthrose genou
Arthrose genou
Des radios simples pratiquées en appui permettent au médecin de visualiser un pincement articulaire. La radio de face en appui peut visualiser une arthrose fémoro-tibiale interne ou externe. Il faut également étudier l’articulation fémoro-patellaire avec des vues axiales de la rotule. L’arthrose fémoro-patellaire isolée est rare et s’accompagne de douleurs invalidantes à la montée et descente des escaliers.

Quel est le meilleur traitement pour l’arthrose ?

Le traitement de l’arthrose du genou est, au début, essentiellement médical. Son but est de soulager la douleur. Dès que le traitement médical n’est plus efficace, la chirurgie des os et des articulations peut être envisagée. Dans des arthroses peu évoluées, un lavage articulaire arthroscopique peut permettre de « laver l’articulation » (comme on change l’huile d’un moteur) et de régulariser des petites lésions méniscales. En effet, l’irrigation avec du sérum physiologique comporte l’ablation des débris de cartilage, source d’inflammation, et donne souvent un bon soulagement, même si celui ci est temporaire (quelques mois ou années). Mais les deux plus importantes possibilités thérapeutiques chirurgicales sont les ostéotomies et les prothèses du genou. L’ostéotomie du genou corrige l’axe du membre inférieur de façon à reporter le poids du malade sur le compartiment opposé dont le cartilage est sain. La prothèse totale du genou remplace par contre, le cartilage détruit. Enfin malheureusement la greffe de cartilage n’est pas indiquée, à l’heure actuelle, lors d’une arthrose « en miroir ». La greffe de cartilage trouve sa meilleure indication chirurgicale lors d’une perte localisée et ponctuelle sur une surface, comme dans les séquelles d’une ostéochondrite ou encore dans les séquelles d’un traumatisme du genou avec une perte de cartilage isolée.

Rééducation après la chirurgie

La rééducation est essentielle dans l’obtention d’un bon résultat. Les objectifs de la rééducation du genou après la mise en place d’une prothèse ou une ostéotomie sont actuellement bien établis. Le but est, en tout cas, de commencer la mobilisation immédiatement après l’intervention. Vous devrez compter entre 4 à 6 semaines avant de retrouver une autonomie complète.

Luxation de l’épaule

Luxation de l’épaule
L’articulation de l’épaule est la plus mobile de l’organisme: cette mobilité est liée à l’anatomie de l’articulation -peu contrainte-, qui, par conséquence, la rend particulièrement vulnérable. La luxation de l’épaule est un accident le plus souvent sportif (rugby, ski, handball, judo, surf, hockey …). Luxation de l'épaule En général, l’épaule se déboîte vers l’avant: c’est la luxation antérieure de l’épaule. Elle est remise en place -réduite- en urgence et peut récidiver (luxations récidivantes de l’épaule), en particulier chez les jeunes sportifs. Dans ces cas le traitement peut être chirurgical (arthroscopique ou par intervention classique « à ciel ouvert »).

Les causes de la luxation …

Le facteur déclenchant la première luxation est souvent un traumatisme provoqué par une chute: ceci est particulièrement vrai pour les sportifs. Une étude suédoise a montré que le risque de récidive de la luxation est plus élevé chez le sujet jeune (bibliographie). Lors des récidives, les traumatismes sont de plus en plus faibles (luxation de l’épaule nocturne lors du sommeil …). L’hyper-laxité est un facteur favorisant l’instabilité de l’épaule.

Symptômes, complications et réduction en urgence

La luxation est très douloureuse: elle peut s’associer à des fractures de la glène (chez les patients plus jeunes) ou de l’humérus (chez les patients plus âgés) et/ou à des paralysies (nerf circonflexe, atteinte plexus brachial avec déficit nerf radial …). Il faut savoir également qu’une luxation de l’épaule survenue après l’age de 40 ans peut se compliquer d’une lésion de la coiffe des rotateurs. La réduction peut être effectuée selon la technique de Milch ou Berrehail: dans environ 90% de cas, la réduction est ainsi obtenue sans douleur et sans anesthésie générale.

Diagnostic et Imagerie

À la phase chronique, le diagnostic d’instabilité antérieure de l’épaule est aisé, car le malade décrit très bien sa luxation. Les stigmates radiologiques sont souvent visibles à la radio standard. L’examen clinique et l’imagerie sont encore plus importants lors des subluxations ou épaules douloureuses instables, où le patient décrit des sensations brèves d’instabilité douloureuse, sans jamais avoir vécu une véritable luxation (bibliographie) . Il est également très important pour le médecin de savoir reconnaître les formes volontaires car le traitement est différent.

Traitement

Chirurgie

Le traitement chirurgical de l’instabilité de l’épaule est aujourd’hui bien codifié. La réinsertion capsulo-ligamentaire peut se faire sous arthroscopie (sans ouvrir l’épaule) ou avec une intervention classique (butée ou Bankart « à ciel ouvert »). Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. En général le risque de récidive est plus important si on opère sous arthroscopie: toutefois le chirurgien entraîné à la chirurgie arthroscopique de l’épaule obtient des résultats comparables à ceux de la chirurgie à ciel ouvert, notamment lors des instabilités mineures ou modérées. La chirurgie classique « à ciel ouvert » est, par contre, conseillée lors des instabilités chroniques évoluées, en présence de lésions osseuses.

Rééducation

La rééducation est essentielle dans l’obtention d’un bon résultat. Les objectifs de la rééducation de l’épaule après une intervention chirurgicale sont actuellement bien établis. Il faut récupérer avant tout la mobilité complète passive de l’épaule, avant de forcer et de travailler en actif après la plus part des intervention à ciel ouvert. La rééducation peut débuter le lendemain de l’intervention. Elle sera retardée dans les suites d’une arthroscopie chirurgicale, pour permettre la bonne cicatrisation des ligaments.

Maladies osseuses chez les enfants : origines et traitement

Maladies osseuses chez les enfants : origines et traitement
Les enfants qui souffrent d’une maladie métabolique des os peuvent avoir des os fins, épais, mous, cassants ou irréguliers. Les maladies métaboliques des os peuvent être :
  • transmises par la génétique
  • acquises en raison d’une carence nutritionnelle
  • dues à des anomalies dans la façon dont le corps traite les minéraux
Certaines maladies métaboliques des os sont réversibles une fois que le problème sous-jacent a été identifié et traité, tandis que d’autres peuvent se stabiliser avec l’âge ou nécessiter un traitement à vie.

Maladies osseuses chez les enfants

Voici quelques-unes des maladies osseuses chez les enfants :

Rachitisme

Le rachitisme est une maladie causée par un déficit en vitamine D. Les enfants souffrant de ce trouble ont des os mous et faibles. La faiblesse des os est progressive et provoque des douleurs osseuses graves chez les enfants. A cause des douleurs, les enfants développent des déformations au niveau des jambes, mais également des problèmes de développement dentaire.
traitement-rachitisme-tunisie
Traitement rachitisme en Tunisie
Une alimentation riche en vitamine D et en minéraux comme le phosphore et le calcium est nécessaire pour traiter le rachitisme. Les compléments alimentaires à base de vitamine D peuvent également être prescrits pour lutter contre cette maladie.

La maladie de Perthes

Connue sous le nom de Legg-Perthes-veaux, cette maladie affecte la tête fémorale dans l’articulation de la hanche. Cette maladie d’origine traumatique se manifeste par une mort des cellules osseuses (ostéonécrose) de la tête du fémur, provoquée par l’altération de la circulation sanguine. Elle conduit à des problèmes tels que des douleurs de hanche, la rigidité, la boiterie… Dans certains cas, la chirurgie orthopédique peut être nécessaire pour traiter cette maladie.

Maladie des os de verre

Le terme médical pour la maladie des os de verre est ostéogenèse imparfaite. Cette maladie est d’origine génétique. Chez les enfants qui en souffrent, le collagène, une protéine qui soutient la structure osseuse n’est pas synthétisé correctement, causant par conséquent des os fragiles. Les enfants atteints de ce trouble souffrent de multiples fractures spontanées assez fréquentes. Cette maladie peut être traitée avec :
  • Les médicaments (mais leur efficacité est limitée)
  • La chirurgie : soit par pose de clous télescopiques ou avec une arthrodèse vertébrale
  • La rééducation

Qui peut faire une chirurgie bariatrique ?

Qui peut faire une chirurgie bariatrique ?
Les opérations de chirurgie bariatrique sont destinées aux personnes souffrant d’obésité massive. Comme ces interventions sont lourdes, le patient doit répondre à certains critères avant de songer à la chirurgie de l’obésité.

Chirurgie de l’obésité : les indications opératoires

La solution chirurgicale ne peut être envisagée que si tous ces critères sont réunis chez le patient :
  • Un indice de masse corporelle (IMC ou BMI) supérieure ou également à 40 kg par mètre carré, voir à 35 en cas de complication de l’obésité
  • Un âge entre 18 et 60 ans.
  • Avoir fait des régimes parfaitement suivis depuis plus d’un an dans des conditions sérieuses mais sans succès (cures en institutions agrées, diététiques de groupe, régimes auprès de médecins nutritionnistes qualifiés…).
  • Obésité stable depuis plus de 5 ans.
  • Des complications somatiques sévères.
  • Une grande motivation de perdre beaucoup de poids et d’en assumer les conséquences.
  • Une absence de dépendance à l’alcool et aux drogues.
  • Une absence de pathologie endocrinienne.
  • Un risque opératoire acceptable.

Les contre-indications à la chirurgie bariatrique

Il peut parfois exister des contre-indications temporaires ou définitives à la chirurgie de l’obésité :
  • Une intervention précédente sur l’estomac.
  • Un problème d’addiction à l’alcool ou aux drogues.
  • Une dépression non stabilisée, un état psychologique fragile.
  • Une affection sévère cardiaque, pulmonaire ou autres contre-indiquant de l’anesthésie générale.
  • Une inflammation importante de l’estomac ou du duodénum.

Quelles sont les maladies liées à l’obésité ?

Quelles sont les maladies liées à l’obésité ?
L’obésité est définie comme un excès de masse de gras qui est quantifié par l’indice de masse corporelle (IMC en français ou BMI pour Body Masse Index en anglais). Comment calculer mon IMC ou mon BMI : Le IMC s’obtient en divisant votre poids par votre taille au carré : IMC = poids (en kilo) divisé par votre taille multipliée par votre taille en mètre. La répartition corporelle du tissu graisseux peut également être appréciée par le rapport taille sur hanche ou par le tour de taille : il s’agit du deuxième paramètre à prendre en compte plus particulièrement vis à vis des complications.

Quelles sont les conséquences directes de l’obésité sur la santé ?

Les conséquences de l’excès de poids sont multiples :
  • Douleurs chroniques de la hanche, du genou, du pied, du dos.
  • Diabète,
  • Hypertension artérielle,
  • Maladies cardiaques,
  • Hyperlipidémie,
  • Déséquilibres hormonaux,
  • Apnée du sommeil,
  • Stérilité,
  • Augmentation de certains cancers.
Outre ces complications, l’obésité a des conséquences psycho-sociales sur les personnes qui en souffrent comme :
  • Le sentiment d’être mal dans sa peau
  • Des difficultés affectives et sexuelles
  • Une insertion sociale plus difficile
  • Des frustrations face à la mode vestimentaire
Ce ne sont que quelques unes des nombreuses affections susceptibles d’avoir un impact important sur la vie du patient.

Comorbidités liées à l’obésité

La comorbidité est l’existence concomitante d’affections ou de facteurs non directement liés à la maladie mais qui ont des conséquences sur les chances de survie du patient. L’obésité a des répercussions sur la plupart des fonctions de l’organisme et influence ainsi la survenue de problèmes médicaux complémentaires essentiellement des complications :
  •  Cardio-vasculaires (comme l’infarctus, l’artérite, les phlébites, l’hypertension artérielle)
  •  Métaboliques ( diabète,les troubles de lipides sanguins, dyslipidémie),
  •  Respiratoires ( essoufflements , syndrome d’apnée du sommeil).
  •  Hépato-gastro-entérologiques ( calculs biliaires, stéatose hépatique).
  •  Rhumatologiques associées ( tendinites,ostéoporose chez la femme après la ménopause,crise de goutte, arthrose, douleurs aux genoux, au dos),
  • Des répercussions endocriniennes ( anomalies de la fertilité, impuissance chez l’homme, troubles des règles chez la femme).
  • Des complications cutanées : rougeurs et irritations des plis cutanés, mycoses, hypersudation, ulcères des membres inférieurs.

Quels sont les moyens pour lutter contre l’obésité ?

La chirurgie bariatrique est actuellement le moyen le plus efficace de perdre beaucoup de poids (plus de 30 kg). Il existe deux types de chirurgie bariatrique : Ces interventions sont réalisés sous coelioscopie.

Comment soigner une ptôse mammaire ?

Comment soigner une ptôse mammaire ?
La ptôse mammaire représente un affaissement du sein dû à la « chute » de la glande mammaire et à la distension de la peau qui l’enveloppe. Le sein avec son aréole est alors en position trop basse. Quelles sont les causes d’une poitrine tombante ? Comment corriger l’affaissement des seins ?

Quelles-sont les causes de la ptose mammaire ?

La ptôse mammaire peut apparaître :
  • Spontanément à la puberté
  • Suite à un amaigrissement important
  • Suite à une grossesse avec allaitement
  • En association à un volume de seins trop important, où l’hypertrophie mammaire entraîne les troubles élastiques responsables de la distension de l’enveloppe cutanée de la poitrine.
correction ptose mammaire
lifting seins avant après

Comment se faire remonter les seins tombants avec un lifting mammaire ?

Le lifting mammaire est le moyen le plus efficace pour corriger la ptose mammaire. Cette operation pour remonter les seins se pratique sous anesthésie générale et dure entre 1 à 2 heures selon l’importance de la ptose et l’existence ou non d’un geste associé (pose de prothèses ou diminution glandulaire). Une hospitalisation de 24 heures à 48h est généralement suffisante. Les incisions pratiquées varient selon l’importance de la ptose mammaire :
  • Dans le cadre d’une ptose mammaire modérée, la correction de la ptose peut se faire simplement par le retrait de l’excès cutané au pourtour de l’aréole
  • Lorsque la ptose est plus importante, il peut être nécessaire d’ajouter, pour un plus joli galbe, une cicatrice verticale entre la partie inférieure de l’aréole et le sillon sous-mammaire pour diminuer la largeur du sein: “correction de ptose mammaire à cicatrice verticale”.
  • En cas de ptose très importante, il peut être nécessaire d’y associer une cicatrice horizontale, cachée dans le sillon sous mammaire dont la longueur dépend de l’importance de la ptose.
L’excès glandulaire et l’excès cutané sont ensuite retirés dans un axe vertical et horizontal afin de diminuer le déroulé du sein et sa largeur. Dans certains cas, des implants mammaires sont placées dans la poitrine lors de la correction de la ptose mammaire. L’intervention prend alors également le nom de ”plastie – prothèses mammaires”. Une fois l’excédent de glande ascensionné, concentré et remodelé, l’enveloppe cutanée est ajustée en retirant la peau en excès, puis redrapée. Le mamelon est également repositionné.

Comment corriger une hypertrophie mammaire ?

Comment corriger une hypertrophie mammaire ?
Certaines femmes ont un volume de seins trop important par rapport à leur morphologie et en souffrent physiquement et psychologiquement. De plus, cette hypertrophie mammaire est souvent associée à un affaissement des seins, traduction d’une distension de l’enveloppe cutanée provoquée par le poids des seins. Le moyen le plus efficace pour corriger l’hypertrophie mammaire est la mammoplastie de réduction. En effet, l’intervention permet de retirer l’excédent glandulaire et cutané tout en redonnant à l’aréole un emplacement naturel. Elle rééquilibre ainsi les volumes et permet d’obtenir une poitrine symétrique et en harmonie avec la silhouette. NB : Un poids stable (proche de la normale), est idéalement souhaitable avant une réduction mammaire.

Comment se passe l’opération de réduction mammaire ?

Une réduction mammaire se déroule sous anesthésie générale et dure entre 1 à 2 heures selon l’importance de l’hypertrophie et de la ptôse. Une hospitalisation de 24 à 48 heures est le plus souvent suffisante. L’incision pratiquée dans le cadre d’une réduction des seins a souvent la forme d’un T inversé. Le but de ce type d’incision est de retirer l’excès cutané (avec l’excès glandulaire) aussi bien dans un axe verticale que horizontale pour diminuer la largeur du sein et son affaissement, c’est à dire sa ptôse. Dans certains cas, lorsque la ptôse et l’hypertrophie ne sont pas trop importantes, une réduction mammaire « à cicatrice verticale » peut être réalisée, ce qui permet de supprimer la cicatrice horizontale située dans le sillon sous mammaire. Il ne reste plus, de ce fait, qu’une cicatrice autour de l’aréole et, verticalement, entre l’aréole et le sillon.
reduction seins
Réduction mammaire avant après
Une fois l’excédent de glande mammaire retirée, la glande restante est ascensionnée, concentrée et remodelée, l’enveloppe cutanée est ajustée en retirant la peau en excès. Le mamelon est également ascensionné pour être repositionné à son emplacement idéal. Suites opératoires : Légèrement douloureuse. Calmées par des antalgiques. Œdèmes et bleus les premiers jours, pansement compressif pendant 3 semaines. Précautions post-opératoires : Arrêt de travail d’une semaine minimum et arrêt de toutes activités sportives ou efforts pendant 4 semaines. Résultats : Visibles immédiatement et définitifs à 6 mois. Quels sont les risques d’une réduction mammaire ?
  • Rares hématomes
  • Infection
  • Diminution temporaire de la sensibilité
  • Mauvaise évolution des cicatrices

Comment faire pour avoir des seins volumineux et harmonieux ?

Comment faire pour avoir des seins volumineux et harmonieux ?
Certaines femmes ont des petits seins et sont insatisfaites du volume de leur poitrine. Comme il est très difficile de grossir des seins naturellement, ces femmes choisissent de recourir à la chirurgie esthétique d’augmentation mammaire. En effet, l’intervention a donc pour but d’augmenter le volume des seins par la mise en place de prothèses mammaires derrière ou devant le muscle grand pectoral.

Comment choisir les prothèses mammaires

Les prothèses mammaires utilisées sont en gel de silicone rondes ou en forme de poire (anatomique). Le choix de la taille se fait en accord entre la patiente et le chirurgien. Plusieurs essais de prothèses seront fait lors de la consultation préopératoire afin de permettre à la patiente d’apprécier les différents volumes en accord avec sa silhouette
protheses-mammaires
prothèses mammaires
NB: A ce jour, aucune étude scientifique sérieuse n’a pu mettre en évidence une responsabilité quelconque du silicone dans la survenue de cancer du sein ou de maladies auto-immunes. Le grand avantage des prothèses mammaires en gel de silicone est une sensation beaucoup plus naturelle des seins au toucher.

Comment se fait la pose d’un implant mammaire ?

Une augmentation mammaire dure en général une heure. Le plus souvent les prothèses sont mises en place au pourtour inférieur de l’aréole utilisant ainsi la cicatrice physiologique entre la peau pigmentée de l’aréole et la peau blanche. Dans des cas plus rares, les prothèses sont mises en place par voie sous-mammaire ou par voie axillaire. La prothèse mammaire est disposée ensuite dans une loge située soit derrière le muscle grand pectoral (cas le plus fréquent), soit devant le muscle, notamment en cas de ptose mammaire associée. Une fois la prothèse mammaire placée, des sutures avec des fils résorbables sont pratiquées. Afin que les liquides de sécrétions peuvent s’évacuer, un drain de redon est le plus souvent utilisé et gardé jusqu’à la sortie, le lendemain matin de l’intervention. En fin d’intervention, la mise en place d’un soutien-gorge de contention servira à maintenir le pansement. Suites opératoires : Rarement douloureuses, calmée par des antalgiques. Œdèmes et bleus les premiers jours, pansement compressif pendant 3 semaines Précautions post-opératoires : Arrêt de travail d’une semaine minimum et arrêt de toutes activités sportives ou efforts pendant 4 semaines. Résultats : Visibles immédiatement et définitifs à 6 mois, la patiente peut ainsi profiter d’une belle poitrine plus volumineuse. Risques :
  • Rares hématomes
  • Infection
  • Diminution temporaire de la sensibilité
  • Mauvaise évolution des cicatrices
  • Apparition de « coques »
  • Rupture et dégonflement des prothèses
  • Formations de plis ou « vagues »

Comment avoir rapidement un ventre plat ?

Comment avoir rapidement un ventre plat ?

À la suite d’une perte de poids importante ou d’une grossesse, certaines personnes présentent un relâchement de la sangle abdominale. Pour ces dernières, diète et exercices ne suffisent pas pour raffermir les chairs ou chasser les replis cutanés.

Les variations importantes de poids sont également le plus souvent responsables de l’étirement des structures de la paroi abdominale. Les fibres élastiques profondes se déchirent parfois et produisent des vergetures ; une peau ramollie et atone les rend plus évidentes.

Afin de retrouver un ventre plat d’aspect lisse, il n’y a pas meilleur moyen que la chirurgie esthétique du ventre.

Comment avoir un ventre plat avec une chirurgie réparatrice du ventre ?

L’abdominoplastie corrige le ventre sur ses trois excès :

  • Excès de graisse : une liposuccion retirera toute la graisse en excès.
  • Excès de peau : le classique « tablier » abdominal est retiré et la peau du ventre est retendue.
  • Affaissement musculaire : Les muscles du ventre seront retendus de façon à redonner du tonus à la paroi abdominale.

Dans le cas où elle est nécessaire, la liposuccion abdominale est pratiquée en début d’intervention. De courtes incisions sont réalisées dans les plis naturels de la peau pour permettre d’introduire de fines canules en mousse et de pouvoir ainsi aspirer la graisse en excès.

resultat abdominoplastie
résultat abdominoplastie avant après

Comment se déroule la plastie abdominale ?

Le geste chirurgical de l’abdominoplastie consiste a retirer toute la peau abîmée située en dessous du nombril et de remettre en tension vers le bas la peau saine située au dessus du nombril. Si besoin, une correction du relâchement des muscles de la paroi abdominale y est associée (correction de diastasis des muscles grands droits).

La cicatrice d’une abdominoplastie, dissimulée dans les poils pubiens, sera d’autant plus grande que la quantité de peau à retirer est importante. Sa longueur est facilement calculable avant l’intervention.

Suites opératoires :

  • Douleurs légères calmées par des antalgiques
  • Œdèmes et bleus les premiers jours
  • Port d’une gaine de contention pendant 3 semaines

Précautions post-opératoires :

Arrêt de travail de 10 à 20 jours minimum et arrêt de toute activité sportive ou effort pendant 4 semaines.

Résultats :

Visibles à partir du 2ème mois et définitifs à 1 an.

Risques (rares):

  • Hématomes
  • Infection
  • Mauvaise évolution des cicatrices
  • Insensibilité temporaire

La durée du séjour dépend du type d’intervention. Elle est déterminée par le chirurgien de façon à lui permettre de faire le suivi post-opératoire. Dans le cas d’une abdominoplastie, la convalescence est assez longue et pour votre confort il faudra prévoir un séjour d’au moins 10 à 15 jours.

Comment avoir une silhouette fine ?

Comment avoir une silhouette fine ?

La liposuccion est une opération de chirurgie esthétique qui permet un remodelage de la silhouette par l’aspiration des amas graisseux rebelles et profonds résistants aux régimes amincissants.

Le principe essentiel à retenir est que la cellule graisseuse est en nombre fixe chez un individu après sa puberté, elle n’a pas la faculté de se régénérer, ce qui signifie que si on aspire la cellule graisseuse, elle ne repousse plus ; c’est définitif !

Une liposuccion sur une zone donnée va diminuer de façon considérable le stock de cellules graisseuses. Lors d’une reprise de poids, le stock de cellules graisseuses restantes va pouvoir accumuler de la graisse mais beaucoup plus difficilement. Il est donc possible de reprendre les amas graisseux mais rarement complètement et seulement en cas de prise de poids importante.

Ainsi, grâce à la liposuccion, vous pouvez jouir d’une silhouette fine et harmonieuse qui dure aussi longtemps que vous maintenez un mode de vie sain.

Comment se déroule la chirurgie d’aspiration des graisses ?

Une liposuccion est pratiquée sous anesthésie générale et dure entre 1h et 3 h selon la zone à traiter et la quantité de graisse à extraire.

Des incisions cutanées, de 3 à 4 millimètres, sont dissimulées dans des plis naturels de la peau pour une plus grande discrétion.

Par ces incisions sont introduites de très fines canules en mousse à bouts arrondis et perforées de plusieurs orifices, permettant ainsi de décoller et d’aspirer la graisse profonde et superficielle, par de doux mouvements d’allers retour dans la zone à traiter.

deroulement liposuccion
déroulement liposuccion

La quantité de graisse extraite devra être adaptée à la qualité de la peau sus-jacente, qui constitue l’un des facteurs déterminants pour la qualité du résultat.

Une fois la graisse aspirée, la peau va se redraper naturellement sur son nouveau volume.

Les zones de liposuccion, ou lipoaspiration peuvent être :

  • le ventre
  • la culotte de cheval
  • les fesses
  • les hanches
  • les cuisses
  • les genoux
  • les bras
  • les jambes

Suites opératoires :

Légèrement douloureuses, calmée par des antalgiques. Œdèmes et bleus les premiers jours, gaine de contention pendant minimum 1 mois.

Précautions post-opératoires :

  • Arrêt de travail de 10 à 20 jours minimum et arrêt de toutes activités sportives ou efforts pendant 4 semaines.
  • L’arrêt du tabac est fortement recommandé pour assurer une meilleure cicatrisation.
  • L’exposition solaire est déconseillée les premiers mois au niveau des cicatrices (en cas de départ au soleil, une protection par écran indice 60 sera nécessaire).

Résultats :

Visibles à partir du 1er mois et définitifs à 6 mois.

Risques (Rares):

  • Hématomes
  • Infection
  • Mauvaise évolution des cicatrices
  • Phlébite