Est-il possible d’allaiter avec des implants mammaires ?

Si vous envisagez une augmentation mammaire et que vous prévoyez d’avoir des enfants à l’avenir, il est important de comprendre comment la pose d’implants mammaires peut affecter votre capacité à allaiter et quelles mesures il faut prendre pour minimiser cet impact.

En effet, certains facteurs impliqués dans la chirurgie d’augmentation mammaire par implants peuvent potentiellement affecter les glandes mammaires sécrétrices de lait. Ceux-ci incluent :

  • Lieu d’incision
  • Pose d’implant
  • Forme des seins

Lieu d’incision : incisions proches des glandes mammaires

L’emplacement de l’incision est généralement le facteur le plus important qui peut affecter l’allaitement. Si l’incision est pratiquée autour de l’aréole, il y a plus de chances de rencontrer des problèmes d’allaitement. En effet, les incisions de l’aréole sont assez proches des glandes mammaires. Les chirurgiens optent généralement pour les incisions sous le sein, car celles-ci peuvent être bien camouflées et ne touchent pas les glandes mammaires.

Pose des implants mammaires

La mise en place des implants mammaires peut avoir un impact important sur la production de lait. Les femmes qui prévoient d’allaiter à l’avenir peuvent bénéficier de la pose d’implants sous les muscles de la poitrine (pose d’implants mammaires sous-musculaires). L’alternative, au-dessus des muscles thoraciques (pose d’implant mammaire sous-glandulaire), est plus susceptible de comprimer les canaux lactifères et de réduire l’approvisionnement en lait.

Forme des seins : où placer l’implant dans le cas de seins sous-développés

La forme des seins peut être un obstacle à la production de lait. En effet, les femmes avec des seins sous-développés, des seins asymétriques ou des seins très espacés peuvent avoir une production de lait réduite. Les implants mammaires placés au-dessus des muscles de la poitrine peuvent aggraver ce problème et rendre l’allaitement beaucoup plus difficile. Pour éviter cette complication potentielle, le placement sous-musculaire est préférable.

Il convient de noter que les femmes avec des seins sous-développés ne sont généralement pas de bonnes candidates pour la pose d’implants mammaires sous-glandulaires en aucune circonstance. Car en effet, la pose d’implant sous-glandulaire nécessite suffisamment de tissu mammaire pour recouvrir l’implant. Un tissu mammaire insuffisant rendra l’implant visible et augmentera les risques d’imperfections esthétiques telles que les rides.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *